Exposition "D'un regard l'autre"

"D'un regard l'autre" 2014

Exposition faisant suite  au travail réalisée en 2013 et présentée au Musée de Fontenay le Comte en 2014.

 

« Je vous dois la vérité en peinture et je vous la dirai » écrivit Cézanne peu de temps avant de mourir. 

 

La peinture n’est ni de l’ordre de la parole ni de l’écriture; elle est une réinvention perpétuelle d’elle-même.

                                                  

Dès les années 90, comme une évidence j’ai trouvé dans la « divine comédie », l’incarnation de mon invention formelle; la peinture 

n’est pas que cérébrale ou passionnelle ou charnelle. Elle est tout à la fois Cézanne, Picasso et Renoir. De là surgit  la figure,

le corps de l’homme.

L’Etre humain devient, à ce moment-là, pour moi « ir-représentable » en tant que projet pictural. 

Représenter la figure humaine devient impossible. Brouillant ainsi les limites qui séparent d’ordinaire la peinture abstraite de la

peinture figurative, aujourd’hui le travail m’entraîne à la découverte d’un monde fragile et fragmenté dans lequel toutes les formes

qui le composent semblent le fruit d’un accident « miraculeux ».

                                                                                                   

                                                                                                                              Bernard DEVISME février 2014

"D'un regard l'autre"

Cascade 1

Cascade 1

Cascade 2

Cascade 2

Cascade 3

Cascade 3

La cascade brisee

 La cascade brisée

Jardin gros comme une patate germée

Jardin gros comme une

patate germée "le crash"

 

A côté et derrière la beauté naturelle des couleurs vives, éclatantes,  apparait le phénomène dramatique de l’effacement de notre patrimoine.

Les coulures nous révèlent le tragique du temps qui passe. Ces œuvres sont le résultat d'une exploration de la peinture et  montrent

comment sa seule présence physique est capable de donner un nouveau sens à ses propres frontières. Rendre aussi par des formes

circulaires enchevêtrées l’enroulement du temps qui passe.

La force et les flux des coulures inscrivent en surface un chaos organique. Ces nouvelles turbulences conduisent à une destruction apparente

mais renoue avec la puissance des formes et du geste qui permet de «penser» le monde en peinture.

Antiportrait 5

       antiportrait 5

Antiportrait 1

antiportrait 1

Antiportrait 2

antiportrait 2

Antiportrait 3

antiportrait 3

Antiportrait 4

      antiportrait 4

Ruptures

Ruptures

Nautile

Nautile

Vibrations multiples

Variations multiples

Ouroboros

 Ouroboros

 

La plupart des oeuvres présentées sont disponibles à la vente: me contacter

N'hésitez pas à laisser vos commentaires et coordonnées dans le livre d'or.

 

tous les documents sont copyright Bernard Devisme Professeur à l'Ecole Alsacienne pendant 35 ans.