Bernadette, mon Agent

 
 
 
DE LA PERTE DU CORPS A LA RECONSTRUCTION DE L’HUMAIN

 

 

Bernard DEVISME, artiste peintre et sculpteur est inclassable. Son travail depuis 1970 fusionne des tendances diverses qui vont du

Figuratif à l’Hyperréalisme en passant par l’Abstrait. Le cœur de son œuvre est la condition, les contradictions, les aberrations 

mais aussi les aspirations de l’ETRE HUMAIN. 

La découverte de « LA DIVINE COMEDIE » de Dante nourrit son travail depuis les années 1990. On trouve d’abord des éléments 

identifiables (échelles, barreaux, degrés) et des personnages  qui deviennent plus stéréotypés. Suspendus,  en chute libre ou en

groupe, les corps sont en perdition ce que Dante nomme «la perte du corps».   

Dès 2000 les personnages se recomposent par le biais de circuits et de morceaux de corps empruntés au patrimoine artistique  

mondial (sculptures). Ce travail sur l’Humain transgresse les codes habituels en mêlant patrimoine génétique et patrimoine culturel.                                               

Bernard DEVISME a imaginé et mis en scène picturalement les greffes de visage bien avant que l’Homme n’y parvienne !.

Les prouesses chirurgicales mènent à la perte d’identité pour l’Homme : l’inachevé humain en perpétuelle mutation.

                                                                                                                                                                                                    Bernadette TRAQUET septembre 2010

 

                                                                                                                     

                                                                                                                        

Le travail de Bernard DEVISME fusionne des tendances diverses qui vont du Figuratif à l’Hyperréalisme, du Surnaturel à

l’Abstrait, depuis plus de 45 ans.

Depuis 1990 il s’est nourrit passionnément de «La Divine Comédie» de DANTE et a enrichit sa peinture en puisant dans les

thèmes «La Perte du Corps» et «Le Lait des Muses». Il dissèque encore aujourd’hui la condition, les contradictions, les

aberrations mais aussi les aspirations de l’ÊTRE HUMAIN.  

Depuis les années 2000 les différentes séries : les Maltraités, les Anomalies, les Greffes, les Humanoïdes, Endroit-Envers, 

les Gorgonéions, l'intégration de formes hétérogènes qui  traitent de ces apports et contribuent à créer un univers surnaturel, 

permanent au Moyen Âge, s'évade de plus en plus vers des régions lointaines et chimériques.

Son travail évolue sur un terrain complexe avec  l'éclosion de figures humaines extraites de l'actualité composées de ses 

monstruosités qui s'affirment en ranimant ses formes primitives, antiques par le biais de faux collages en «noir et blanc»

reprenant des morceaux de sculptures du Patrimoine Mondial en les enrichissant de formes nouvelles.

Le fléchissement de l’équilibre naturel vers des créatures difformes et l’interprétation d'un monde factice à l’intérieur d’un

monde réel alimentent l'éveil de songes tourmentés, de convulsions et de remous non dénués de fantaisie et d’humour.

                                                                                                                         

                                                                                                                                  Bernadette TRAQUET février 2011

 

 

quand l'homme s'éloigne de l'humain

 

Le travail de Bernard DEVISME réunissant peintures, sculptures, installations et infographies laisse à chacun la liberté d’interpréter

une œuvre à la fois poétique, philosophique voire empreinte d’une certaine spiritualité. Il nous plonge dans des univers où

s’affrontent toutes les contradictions de l’espèce humaine : fragilité et rudesse, innocence et destruction, vie et mort.

La poésie des vers de la « Divine Comédie » de Dante devient pour lui le terreau d’un romantisme expressif :

 

« Je vis une échelle de la couleur de l’or

que frappe un rayon de soleil

et qui s’élevait si haut que mes regards

ne pouvaient la suivre …. ».

 

Jamais il n’illustre l’œuvre du poète italien mais souvent elle lui sert d’écho à sa mémoire d’artiste afin de nous dire qu’il existe une

raison d’espérer des allées de lumière au cœur du mystère de l’Etre.

D’une salle à l’autre un ensemble de sculptures, de peintures et d’infographies abritant des « personnages » réunis autour d’un

thème, constitue une série de « paysages » que le visiteur est invité à parcourir.

Le niveau d’appréhension des œuvres s’enchaine et se superpose comme une suite logique au fonctionnement implacable. C’est

donc le territoire de la diversité de l’expérience humaine qui est proposée jusqu’à « frôler la bestialité ».

Trois grandes installations spatiales s’enchainent :

 

 La première est composée de plusieurs séries, chacune réunie autour d’un sujet qui met des personnages en scène: danse

illuminée, foule pétrifiée, charniers…où domine l’horizontalité.

La deuxième déploie des modules similaires qui s’élèvent à la verticale. L’espoir est présent sous la forme d’échelles et de degrés

qui se présentent en bouquets serrés. L’ensemble de ces œuvres peuvent se lire comme un entassement de corps. Pour l’artiste,

le passé immédiat comme le passé lointain déclinent un même sujet, celui d’une violence instituée.

Dans la troisième  salle la simplicité des oscillations permet de pénétrer le simple aspect du monde, et de saisir le grand rythme

cosmique de l’esprit qui met en mouvement les méandres de la vie.

Ces différentes œuvres sont de merveilleux supports de rêves que l’artiste Bernard DEVISME manie avec un égal bonheur.                        

 

Saisir l’universel dans le particulier.

  

Bernadette Traquet juin 2013

 

 

La plupart des oeuvres présentées sont disponibles à la vente: me contacter

N'hésitez pas à laisser vos commentaires et coordonnées dans le livre d'or.

 

tous les documents sont copyright Bernard Devisme Professeur à l'Ecole Alsacienne pendant 35 ans.